Skip to content

Ambivalences

Attention, post de PB

La fin de grossesse approche. Après-demain, nous en serons à 35 SA. Normalement, il devrait me rester 1 mois 1/2 avant le jour du débarquement, ou le D-Day, mais dans les faits il ne me reste qu’un mois au grand maximum. A la fin du mois, à 37 SA +2 très exactement, dernier RDV à la maternité, où selon le poids du bébé, sa présentation, la présence ou l’absence de col, l’alimentation sanguine du piou-piou (merci le Lovenox!) sera décidé de la date du déclenchement. Soit dans les jours qui suivront (si le col s’est fait la malle et que mes contractions quotidiennes s’accentuent – ou s’il y a un problème avec le bébé), soit on joue au poker et on risque d’attendre les 39 SA en priant pour que j’accouche pas spontanément.

Mais je ne fais pas ce post pour faire un point médical, mais plutôt un point psychologique à la fin de la grossesse. En ce moment, mes émotions sont complètement mixées et partagées, ce qui fait qu’à chaque question que l’on me pose sur ma grossesse, j’ouvre la bouche et la referme plusieurs fois, tant et si bien qu’on m’appelle mono-neurone (bon c’est peut-être aussi parce que je n’utilise pas les bons mots parfois ce qui donne des situations coquasses).

tumblr_new9adD7F71r3gb3zo3_400

A la question “es-tu pressée d’accoucher?”

Oui mais non. Oui car j’ai tellement envie de découvrir notre fils, de voir à quoi/qui il peut ressembler, de le serrer dans mes bras, de ressentir cet amour dont tout le monde parle et que je n’ai pu qu’imaginer. J’ai aussi envie de vivre enfin sans traitement, d’en finir avec ces piqûres journalières (même si je dois les continuer 1 mois après l’accouchement), et de clôturer ainsi ce chapitre de la PMA. Égoïstement, j’ai aussi envie de me goinfrer de ces plaisirs interdit pendant la grossesse, j’ai nommé saucisson, jambon cru, carpaccio, sashimis et tartare (ben oui, je pense à la bouffe). Et aussi non, je n’ai pas tout de suite envie qu’il sorte parce que même si chaque semaine passée nous sort de la prématurité, c’est trop tôt. Que je voudrai aller jusqu’à la date du déclenchement, pour son bien-être et le mien. Que j’ai eu une p*t**n de chance d’être enceinte et que je ne sais pas si ça se reproduira un jour, alors je veux profiter de chaque jour.

A la question “alors la grossesse, tu as aimé?”

Oui mais non. C’est la partie qui énerve Sieur Biquet, car selon lui je passe pour une ingrate mais laissez-moi m’expliquer. Oui j’ai aimé. Le voir à l’échographie. Se dire que ça y est, les efforts ont payé, se rendre compte de la chance qu’on a. Ressentir cette fusion avec son enfant quand il est à l’intérieur de nous. Même ses coups de fesses douloureux dans mes côtes vont me manquer (aussi une des raisons pour lesquelles je ne suis pas pressée d’accoucher). Je ne cesse de m’émerveiller quand je distingue son pied, ou quand je le sens essayer de sortir par mon nombril quand il aime quelque chose (passage très gnangnan, je m’en excuse). Et l’ambivalence du mais… Mais j’ai l’impression que ma grossesse n’a duré que 2 mois. Les 3 premiers mois, en dehors de me bourrer d’anti-vomitif, je les ai passé allongée, de peur de ressaigner à nouveau (je crois que je n’oublierai jamais cette soirée, où on a pensé tout perdre…). Ensuite j’ai pu souffler 2/3 semaines jusqu’à ce qu’on m’annonce que mon col ayant décidé qu’il était à 32 SA à 22 SA, il ne fallait plus que je sorte, que je porte quoique ce soit et que je refasse copine copine avec l’utrogestan en priant pour ne pas avoir de contractions. Et enfin, on arrive à début janvier, au 3ème trimestre, où j’ai enfin le feu vert pour profiter à fond de ma grossesse, ressortir, vivre normalement, voir des amis, et arrêter de stresser d’un accouchement très prématuré. Donc je résume la plénitude de ma grossesse à 2 mois. Et j’espère ne pas en choquer certaines avec ce paragraphe, passant pour une ingrate.

A la question “stresses-tu pour l’accouchement?”

Oui mais non. Oui car j’ai peur d’accoucher trop tôt (même si à partir de 35 SA, c’est tout à fait raisonnable), de ne pas aller jusqu’à la date de déclenchement. Non car la pmette que je suis, elle s’en fout de la douleur, de la césa ou pas. Ce qui compte c’est le résultat, et la chance que l’on a.

Et l’après?

J’ai hâte pour l’après. De le découvrir, découvrir son caractère, d’avoir ce pour quoi on se bat depuis des années près de soi. Mais je flippe aussi. Peur de ne pas être à la hauteur. Tant d’attente que j’ai envie de tout bien faire. Je lis les livres sur les premiers mois de bébé et je panique, il y a tant d’erreurs à ne pas commettre. Et si je n’arrive pas à reconnaître la nature de ses pleurs, et si je le porte mal et que je blesse sa petite tête, et s’il se colle le visage contre le tissu de son berceau la nuit, et si… Bizarrement, ce sont des angoisses que je n’aurai peut-être pas eues si j’avais été une PB de C1. Je retrouve donc mes vieilles auto-flagellations qu’en parcours PMA, à savoir “serais-je à la hauteur?” (d’ailleurs si une maman a aussi connu ça, n’hésitez pas à partager!).

Un post assez décousu, qui ne veut peut-être rien dire. Mais bon, on parle souvent de nos blogs comme nos moyens de liberté d’expression, donc j’écris, et j’espère n’avoir blessé personne encore une fois. Croyez bien que j’ai conscience de l’énorme chance que nous avons, et que vous méritez toutes de connaître.

Advertisements

Les nouvelles – 32 SA

Attention, post de dinde.

Je me suis rendue compte que cela faisait pas mal de temps que je n’avais pas donné de nouvelles. J’ai fait des articles, sur la PMA, la fin d’année, les défis, mais me suis abstenue de parler de moi et de mon “état”. Trop de copinautes encore sur le quai, je n’avais pas le coeur de tout détailler mais juste de dire “tout va bien, je réalise ma chance”. Mais des nouvelles, on m’en demande, alors je m’exécute 😉

Où en sommes nous?

A 32 SA hier. Dimanche, j’achève le 7ème mois et je commence le 8ème. Mini-nous n’est plus considéré comme un grand préma (il sera “juste” préma s’il décide de se pointer avant).

Physiquement?

Là, plus de doutes, on ne peut pas confondre avec un excès des fêtes. Pas de problème en particulier, à part les lombaires qui foutent le camp (vive l’ostéopathe), un coccyx à replacer manuellement au 9ème mois (yeah…) et des bleus et œdèmes grâce au lovenox. Des contractions, mais non douloureuses cette fois (de Braxton Hicks), qui ne m’inquiètent pas. Ma dermographie est revenue avec le dernier trimestre. Sieur Biquet me retrouve donc assez régulièrement avec mes plaques rouges gonflées quand j’ai été faible et ai cédé à la tentation de me gratter.

Mini-nous bouge beaucoup. Enfin, beaucoup mais dans peu d’espace. Il a la tête en bas, chose parfaite. Et adore pédaler dans la choucroute le liquide amniotique le soir, ça sera un grand sportif (comme ses parents mwahahahaha).

Il fait 1 kg 800 (Miliette, ptit coucou!), et je suis fière de lui – qu’il grossisse bien.

Médicalement?

Toujours sous Utro-dégueu, que je devrai normalement arrêter dans 1 semaine (owi). Toujours sous Tardyféron, que je “zappe” régulièrement pour cause d’intolérance du transit (et parce que j’en ai ma claque des cachets alors jme rebelle). Toujours sous Kardégic, que je devrais pouvoir arrêter dans 1 petit mois. Toujours sous Lovenox que je n’arrêterai qu’un mois après l’accouchement.

Je ne suis plus autant surveillée par Necker. Avec le repos et l’utro, début janvier mon col était passé à 30 mm, victoire! J’ai eu l’autorisation de reprendre une vie normale. A l’échographie d’hier, il était à 29 mm. On peut enfin souffler. Même si, dixit la gynéco “On vous arrêtera l’utro mais si vous contractez/débutez le travail, on ne fera rien pour vous arrêter à ce terme”…

La semaine prochaine, rdv anesthésie et gynéco, j’espère en savoir plus pour le déclenchement (acté? à quel terme? etc).

Au niveau organisation?

Le linge est prêt. Juste 2 bodys et 1 pyjama en taille naissance, toute la liste de Necker en 1 mois (je doute de mettre au monde un petit géant de + de 54 cm en étant déclenchée avant terme), 2/3 tenues en 1 mois pour faire le beau et quelques pyjamas en 3 mois. Tout est lavé ou en train de l’être, pour préparer la valise (au moins ça sera ça de fait).

Les produits de toilette sont achetés, après des heures de comparatifs sur internet, d’épluchages d’études et de lecture d’étiquette. On part sur les gammes Uriage et Bioderma (si en plus de ça, mini-nous a chopé la peau super allergique de sa mère…). Les commodes sont agencées, les habits rangés (et prennent toute la place!).

Il restera à aller chercher début février le “gros” du matos: berceau, poussette, poubelle à couches etc… L’objectif est que tout soit prêt d’ici mi-février, soit un bon mois avant le terme.

Mentalement?

Bizarre. Mélange de hâte de rencontrer notre fils, mais aussi envie de profiter de cette grossesse jusqu’au bout car nous ne pouvons pas savoir si nous aurons un jour un second bonheur. A la lecture de différents livres (Dame Lapin veut être dans les starting blocks), de l’angoisse qui peut apparaître – serais-je à la hauteur? C’est quand même un petit être humain bord*l de m…C’est plus piqûres piqûres, petit embryon, mais un être humain, dont il va falloir décrypter les pleurs, éduquer du mieux possible pour qu’il devienne un adulte (oui je vois loin moi, je passe du stade embryon à adulte qu’on conduit à l’autel le jour de son mariage). Bref, heureusement que Sieur Biquet est beaucoup plus relax.

Voilà voilà. Le temps aura paru long parfois, et au final bien court. Quoiqu’il arrive (épidurale, déclenchement, césa ou autre), ça se passera bien car le résultat en vaudra la peine.

Défi chansons positives de Julys!

Quelle bonne idée, dans ces mois tout froids, que d’apporter un peu de chaleur via la musique.

Attention, j’ai des goûts très éclectiques!

Happy – de Pharrell Williams

Pas très original, je sais, et même si on l’a trop écoutée, cette chanson me fait quand même sourire 🙂

All day and all of the night – The Kinks

Pas de clip, dommage…

Love me do – The Beatles

La chanson qui me fait toujours chanter à tue-tête – et qui fait toujours prier Sieur Biquet pour que je m’arrête!

Cotton Eye Joe – Rednex

LA chanson folle par excellence 😉 Merci papa pour m’avoir fait découvrir ça^^

J’aime les moches – Max Boublil

Quand je l’écoute, je me marre. Toute seule. Et j’ai même pas honte.

Je met pas de chanson bonus, j’hésitais entre AQUA, O’ZONE et autre débilité de ce genre mais faut que je préserve encore un peu ma dignité :p

Protected: Petite annonce

This content is password protected. To view it please enter your password below:

Article protégé: mdp

Le prochain article sera protégé par un mdp.

Pour les fortiches que vous êtes, la devinette: je suis le faux ami des Pmettes en DPO. On m’aime sous toutes mes formes (ironique), si bien que certaines ne peuvent plus se passer de moi…

A défaut, n’hésitez pas à m’envoyer un mail 😉

Je fais jamais rien comme tout le monde…

… du coup mon rapport est en anglais!

The WordPress.com stats helper monkeys prepared a 2014 annual report for this blog.

Here’s an excerpt:

The Louvre Museum has 8.5 million visitors per year. This blog was viewed about 76,000 times in 2014. If it were an exhibit at the Louvre Museum, it would take about 3 days for that many people to see it.

Click here to see the complete report.

Rétrospective 2014

Tout comme Mon petit Oeuf, j’ai trouvé que La Reine avait eu une chouette idée. Il m’arrive souvent de penser à l’instant présent N-1, de me dire “qui aurait cru l’année dernière, à la même époque, que je serai aujourd’hui enceinte?”. J’ai donc farfouillé mes vieux articles (oui, un lapin ça farfouille) afin de visualiser combien cette année a été riche (non, me demandez pas de sous, c’est une métaphore).

Janvier commençait bien l’année, avec un voyage au pays du grand froid (même pas!) et le début d’un nouvel amour pour ce pays, ainsi que plusieurs éléments de sa culture (les caribous, la poutine, la tire à l’érable, le chocolat chaud au bailey’s et marshmallows etc). Ce voyage fût aussi l’occasion d’une rencontre en or, une personne formidable rencontrée et une amitié chère tissée qui continue malgré la distance (qui a dit que la PMA n’avait QUE des côtés négatifs? Bon ok, je sors).

lapin herisson

Février se résume ainsi: 1 an en plus, 1 dent en moins. On se prépare aussi pour le dernier TEC de la FIV IMSI 2, en faisant les kamikazes: cette fois-ci, transfert de 2 blastocystes, oh les tarés, avec un nouveau protocole de stimulation/déclenchement puis transfert.

Mars, on pique et on y croit. On dit bonjour à Boule et Bill.

Avril on tourne une page sur la moitié des tentatives FIV. 2 FIV sont passées, 5 transferts et 6 embryons. Je deviens persuadée qu’un truc cloche de mon côté, on commence les investigations d’immunologie.

Mai, mini-voyage. Car on sait bien “qu’il suffit de partir en vacances”. On prépare aussi l’endomètre à fond avec des cachets pour contrer la démence chez les + de 70 ans.

Juin, sortons les agendas: 2 mariages très attendus et lancement de la FIV IMSI 3, avec nouveau protocole et Lovenox en plus. Début d’un nouvel amour (entre le Lovenox et moi hein, mettons les choses au clair). Transfert de 2 beaux blastocystes, Pif et Hercule, on y croit fort.

Juillet le début d’une nouvelle page de ma vie, de notre vie de couple: notre premier + (oui, ok j’ai gagné la palme de la cucul-attitude sur cette phrase).

Et depuis… Finalement, je l’ai aimée cette année 2014. 2013 avait été vraiment pourrie, quand j’y repense beaucoup de douleur me vient encore à l’esprit. Un premier semestre bien chargé, où nous avons encore bien avancé, parfois tête baissée. Mais au final pour la plus belle des récompenses.

2015 sera unique, c’est sûr. Un énorme chamboulement personnel, puis la mise en route de notre projet de déménagement sûrement au second semestre, après avoir été retenus dans la Grande Ville des années pour cause de PMA.

Alors en cette fin d’année, où le 1er de l’an on entendra tous les gus des journaux TV promettre de faire du sport, d’arrêter de fumer, de manger bio ou je-ne-sais-quoi, gardez juste espoir. Car peut-être qu’au même moment, à N+1, votre vie aura aussi totalement changée.

tumblr_ng0lc6mTSU1qe0wclo1_1280

Un lendemain de réveillon…

Maman BCBG

Working Mum, féministe (un peu) et bienveillante (j'essaie!)

Madame Chou

Ma vie de maman Pmette, mes désirs d'une famille élargie et les réflexions qui m'inspirent

La Licorne infertile

Cherche paillettes pour joli arc-en-ciel

1,2,3, les Ourses et Moi

Une infertile, deux petites Ourses et la vie qui continue...

Imsi chérie

Ou comment Victorien et Victorienne essaient d'avoir un bébé

Le blog d'une maman de jumeaux !

Qui parle de PMA (un peu...) de prématurité (beaucoup) et de sa vie de famille (passionnément!)....Mais pas que!

Après la galère d'une infertile

Comment on a gagné contre DNLP

EndoPMA

Endométriose? PMA? Me voila !

Fee du Nord

Les créations étincellantes de la fée du nord

Des amours de jumeaux

Maman solo de jumeaux

Pourquoi Pas Moi Bordel !!

Blog d'une meuf en PMA

Supersouris en PMA

"L'écriture est un accouchement difficile et les auteurs ont besoin de l'édition afin que leurs bébés vivent, ce parrainage est indispensable. Parfois, une longue attente déclenche un certain baby blues."

☆ À la recherche de nos étoiles ☆

Le parcours d'une PMette déterminée

HOMEMADE PERRINPIMPIM

Tricot, couture, déco, Perrin n'arrête jamais !

September

6 months or more

Madame Cigogne nous snob !

Les déboires d'une femme en attente de bébé

Louloute a son Blog

En attendant notre bébé Loutre...

icsi pari

Le journal d'un couple en PMA

FIV DO entre autres choses...

Entre nuages et éclaircies

lili ou comment la pma est entrée dans nos vies

Notre combat de super héros pour devenir parents

Simone attend le train

Salle d'attente d'une infertile en PMA

Koala en pma

Nos aventures sur le long chemin de la PMA... Avec un Happy End !

Le parcours du combattant

pour que 1+1 fassent enfin 3, après 8 ans d'infertilité, MILK d'une petite TED depuis mars 2016

Être une maman sans enfant ...

ou comment malgré un ventre vide, le coeur s'exprime...

Où es-tu ma bonne étoile ?

La suite du blog "en attendant mon tour"

Le berceau vide. Après la PMA, la vie sans enfant...

5 années d'essais en espérant avoir un bébé... mais l'endométriose et l'adénomyose ont été plus fortes que nous... notre chemin se poursuivra à deux...

Après la ligne rose

Un bébé made in PMA: l'histoire continue

Ma douce PMA

Vous aider à mieux vivre avec votre AMP au quotidien

Ciconia ! T'en va pas !

Adoption et/ou PMA, telle est la question

kiffelavieenpma

parcours d'une infertile

Ma vie en pma

Journal d'une vie qui bascule dans la pma

Bibiche dans tous ses états

Découvrir à 30ans qu’avoir un bébé c’est le parcours du combattant et qu’en plus il faut un moral d’acier