Skip to content

Hibernation + edit coming out

October 27, 2013

Ces dernières jours, Dame Lapin avait plutôt l’oreille qui traîne, le poil terne, plus de gourmandise envers les carottes. Elle s’est laissée aller dans les bras de son homme, elle a demandé sur un forum quand est-ce que ça serait son tour, elle a regardé les bébés des autres sur fesse-bouc et a senti le poignard dans son cœur se twister.

Dernièrement, la résolution de Dame Lapin, c’était de re-sortir, de finir son hibernation sociale. Je suis sortie, j’ai vu, je vais repartir fissa dans mon terrier.

J’en ai marre de slalomer entre les questions, d’avoir le cœur qui s’accélère et qui se serre dès qu’on me demande “ah mais ça fait longtemps que vous êtes mariés”, en attendant la question fatidique des mioches.

Hier avait lieu une soirée d’anniv entre très bons amis, avec 4 personnes inconnues. On parle de tout, de rien, l’ambiance est bonne. On parle des grands-parents, un ami dit qu’à chaque naissance de petit-enfant, ses grands-parents prennent 1 an d’espérance de vie en plus. Je pense à mes parents, qui eux perdent leurs amis mais ne gagnent pas d’année en plus. Mon cœur se serre. Puis, les voilà. Les 6 visages tournés vers moi, à me demander “et vous, quand est-ce que vous vous y mettez?”. J’ai ri, mon sourire s’est crispé, il a trembloté. Les larmes montaient, vite. J’aurai voulu tout dire, mais pas devant ces autres inconnus. Il me reste encore un peu de pudeur. J’ai relancé la balle à mon mari, qui a levé la tête et a répondu “je te laisse répondre”. J’aurai pu lui mettre une baffe sur place. Si je lui demande de l’aide c’est parce que j’en ai besoin. Que j’en ai marre de devoir répondre. Que j’en peux plus de mentir, je n’y arrive plus. Il aurait dû voir que ça n’allait pas. J’ai baissé les yeux, les questions se sont enchainées “vous y pensez? vous en voulez? c’est en projet? ah mais tu es enceinte?”. J’ai juste pu répondre à la dernière, en rigolant très jaune. Ah ça non, je ne suis pas enceinte (dorénavant, sans alcool = enceinte).

Je me suis levée et suis partie essayer de retenir mes larmes. Personne ne m’a suivie, même pas mon mari.

Il m’a fallu 20 bonnes minutes, à fixer le plan de métro de la cuisine et à me concentrer à cherches les stations qui fermaient à 20h. Mon regard croisait la station du centre PMA, les yeux s’humidifiaient encore. Je regardait ma main gauche, toute bleue/noire/jaune du fait de l’anesthésie. Ca, personne ne le remarque. Que je sois mariée depuis plusieurs années sans enfant, ça par contre tout le monde le voit.

Je reviens dans la salle, je me concentre pour participer à la conversation. J’envoie des sms à mon mari, il se demande pourquoi ça va pas… Sérieusement.

La seule fille au courant vient à côté de moi: ça se voit que j’ai pleuré. F*ck je n’arrive même plus à faire semblant. Elle me conseille de trouver un argument à ressortir à chaque fois. Je lui dis que je suis fatiguée de mentir, que ce sont des amis. Elle me propose de leur en toucher 2 mots pour qu’ils arrêtent de poser ces questions. Je la remercie mais c’est à nous de le dire.

Donc voilà, je songe sérieusement à les réunir pour le leur dire. Faire son coming-out d’infertile. Pour être tranquille. Cela m’ennui grandement, préparer une soirée où on sait qu’on va plomber l’ambiance, que les gens vont avoir pitié de nous, qu’on va chouiner en public. Dire en quelque sorte “voilà bonjour, ayez pitié de moi car je n’arrive pas à faire la chose la plus naturelle au monde, me reproduire”.

En même temps, je ne veux plus non plus mentir, me couper du monde. L’isolation, c’est pire.

 EDIT

Après une courte réflexion (faut pas déconner non plus), je me suis jetée à l’eau. J’ai donc “convoqué” une des copines hier, pour boire un verre “j’ai un truc à te dire”. Elle ne devait pas s’attendre à cela.
J’étais aussi stressée que pour un entretien d’embauche. J’ai demandé au mari s’il voulait venir avec moi, qu’on annonce cela en couple, à lui et elle. Il s’est défilé. Je lui en veux un peu, de ne pas vouloir en parler. D’accord je respecte le fait qu’il ne soit pas à l’aise, mais ça me gonfle de devoir tout assumer: les traitements, les rdv, les questions à 2 balles, et maintenant les annonces. On est dans cette bouillasse à 2, et parfois, je me sens bien seule.
Bref j’y suis allée, et je n’ai pas regretté. Etant jeune, peu de gens autour de nous sont au stade reproduction, et les seuls qui essaient y arrivent fingers in the nose. Cette personne a pris une valeur +1000 en l’espace d’une heure. Elle m’a épargné les banalités. A été génée du diner de la veille (forcèment). Sa soeur ayant vécu la même chose, elle connait bien et m’a dit “elle est passée par toutes les phases, j’allais la voir dans sa campagne tous les we pour lui tenir compagnie, m’occuper d’elle, de la maison. Il ne faut pas rester seule dans cette épreuve et si jamais ça ne va pas, appelle nous on sera là pour toi”. J’ai pleuré. Je ne m’y attendais pas. J’ai tout expliqué: la découverte, les traitements, le fait que pour nous, une grossesse naturelle tiendrait du miracle. Expliqué pourquoi pendant 6 mois on ne m’avait pas vue. Qu’en fait, je n’étais pas “fatiguée” ou malade, mais en traitement. Que si je suis devenue si geek, c’était pour me raccrocher à une interaction sociale.
En rentrant, j’ai eu la sensation qu’une pierre de 2 tonnes avait été soulevée de mon coeur. Je n’aime pas la solennité de l’acte, ramener la PMA dans notre vie, mais aux grands maux les grands remèdes comme on dit.
Il reste une personne que je veux informer. Je pense qu’elle aura aussi une bonne réaction, travaillant dans un hôpital pour enfants. Le fait est que je suis tellement heureuse de ne pas être jugée, de ne pas avoir de conseil à 2 balles, et enfin, en leur présence, de pouvoir être vraiment moi, au naturel…

From → Humeur du jour

32 Comments
  1. Oh damelapin, comme je te comprends…
    J’ai la chance d’avoir des amis qui n’ont pas d’enfants encore mais c’est le même bordel lors des repas de famille…
    Je pense également que tu devrais leur dire. Sans donner l’impression de te justifier. Ça te soulagera et ça leur clouera le bec. C’est vrai que ces remarques ne sont pas faites pour blesser mais elles nous atteignent tellement…
    Courage et surtout, non, ne retourne pas dans ton terrier.

    • Ils n’ont même pas encore d’enfant. Mais bon, à leur place, je poserais aussi la question: mariée depuis + de 2 ans, je ne bois plus d’alcool…

  2. C’est à toi de voir Dame Lapin, mais sache que pour moi, il n’y a jamais jamais eu de tabou, mes amis savaient qu’après le mariage on prendrait les choses très au sérieux, ils savaient qu’à l’hiver déjà, je faisais grise mine, ils savaient pour les 2 grossesses et les 2 fausses-couches… Et pourtant, si aujourd’hui la seule question qu’ils me posent c’est “comment ça va en ce moment, vous en êtes où ?” ça ne les empêche pas de se montrer parfois très indélicats et de nous sortir du “string-talon” quand ça leur chante… et ça ne les empêche pas de me faire pleurer souvent.

    • je vais boire un verre avec une des filles d’hier, pour lui dire. Jlui ai juste dit par sms que je voulais lui dire qq chose, elle doit s’attendre à une grossesse

  3. D’accord avec Mme Pimpin, nos amis proches sont au courant mais pas forcément plus délicats ou diplomates pour autant. A toi de voir, les deux solutions ont leurs avantages et inconvénients. L’idéal ce sont les gens qui savent mais t’en parlent jamais en premier. Par contre quand tu as envie d’en parler ils sont là et t’écoutent. J’ai la chance d’avoir une amie comme ça. Courage et bravo d’avoir survécu ce dîner

    • Merci😉 je suis au café, j’attends ma copine. J’ai prévu le demi de stella-grenadine pr le dutch courage et le paquet de kleenex

  4. Tu peux tenter le “ça prend plus longtemps que prévu” mais ça ne garantit pas que tu seras épargnée de certaines indélicatesses ou même des “faut pas trop y penser” mais au moins ils ne demanderont plus… et s’il y en a que ça touche et qui creusent un peu le sujet, tu auras trouvé des oreilles à qui te confier…. Bon courage en tout cas, pleins de bises

  5. Je n’ai jamais ressenti le besoin de cacher mon infertilité sans pour autant l’etaler non plus. Quand on nous posait la question je repondais “bientôt j’espère” et si on insistait je poursuivais “la nature est parfois capricieuse”. En général ça suffit. .. il n’y a pas de bonne façon de dire les choses. Mais les cacher j’ai toujours trouver ça encore plus dur à gérer. Je trouve que ton homme a été léger. .. J’aurais aimé êtrela pour te serrer dans mes

  6. J’espere que ca va te soulager de leur dire. Moi je l’ai dit du debut, et ca m’a aidée initialment mais comme damepinpin apres ca n’a pas empeche’ des commentaires indelicats.. Je t’embrasse fort!!

    • Je vais distiller l’info à peu de personnes. Seulement à celles capables de comprendre

  7. Je ne le cache pas non plus, pourtant les amis sont parfois indélicats. Mai je trouve que ça libère de ne plus tout garder pour soie et d’en parler librement.
    Bises

  8. Madame K. permalink

    Dame Lapine, je te sers virtuellement très fort dans mes bras. On a eu l’occasion de se voir une fois IRL (à l’occasion d’un certain pique-nique), tu m’as donné l’image d’une battante et la lecture de ton blog me prouve que je ne m’étais pas trompée.

    Concernant les fâcheux, après des années à faire face aux questions des grands-parents, des parents, des amis, des collègues, des connaissances, de la belle-famille, et autant de coups de couteau dans le coeur, je ne m’embarrasse plus. Ils sont indiscrets, indélicats ? Et bien moi aussi je peux ne pas prendre de gants.

    Maintenant quand on me questionne sur le sujet des enfants (même schéma : 2 ans et des brouettes de mariage, presque 10 ans de vie commune…et je ne bois *jamais* d’alcool), je sors très naturellement que “ça va prendre des années et des années… L’adoption vous savez…”
    A force de sortir cette réplique, elle devient automatique, elle ne me fait plus rien. C’est mon bouclier. Et le malaise passe alors du côté des indiscrets qui piquent du nez, rougissent, bafouillent et cherchent à changer de sujet dans 99% des cas.

    • 😉 j’ai cherché, je t’ai reconnue🙂
      Effectivement, cette réplique est très bien trouvée! Là je vais distiller l’info à 2/3 personnes, les + proches. Pour les autres, Tampax! Mais en parler fait du bien

  9. Oh dame lapin c’est pas facile … Le fait de leur parler te fera certainement du bien. Moi on m’a sorti aujourd’hui et “vous alors ça sera pour après le mariage? Mais faut vous y mettre des maintenant, on peut vous montrer comment faire ” ahahahah j’ai ri jaune … Ouais ouais ouais montrer moi comment aller en rep tchèque, écartez les jambes et couver des petits embryons au stade blasto … Non mais des fois j’ai envie de les envoyer bouler mais ils ne peuvent pas savoir et dans leur cas je dirais peut être la même chose. Au moins notre avantage à nous, on ne fera jamais ce genre d’indélicatesse ! Je t’embrasse fort ! Courage penses à nous pour te rendre forte dans ce cas là !

  10. J’espère que ça s’est bien passé pour toi aujourd’hui. Nous aussi, on a mis du temps à parler à nous amis. Je ne peux pas dire que ça a été une source de soulagement importante, mais au moins ça m’a permis de ne plus se sentir coupable de cacher un si important aspect de ma vie de mes copines proches. J’aime beaucoup la description fait par Allison de la réaction idéale qu’on peut attendre d’une amie. C’est le top quand c’est comme ça !

    J’ai fini par envoyer ce lien à ma mère et ma sœur pour les aider à mieux comprendre ce que je traverse sans que je sois obligé de tout expliquer moi-même (c’est en anglais, mais l’équivalent doit exister en français) :
    http://www.bellybelly.com.au/conception/infertility-family-friends#

    • rho mais ce site est génial!!! Je n’ai pas trouvé l’équivalent en français, dommage que mes proches ne parlent pas anglais…

  11. Olallala… C’est dur ces contextes. Il n’y a pas de bonnes solutions. Chacun réagira différement. Pour ma part, nos ami(e)s savent, mais désormais je leur envoie le message “je ne souhaite plus jamais vous en parler, sauf si c’est moi qui le décide” car trop de questions et de préjugés tout faits ont suivis, déceptions de certains, mais aussi belles découvertes d’autres. En revanche, oui, toi, tu seras certainement soulagée de ne plus mentir. Bises

  12. Je sais à quel point c’est dur de se sentir seule…Hier repas de famille… Tous mes petits neuveux autour de nous… et Chéri et moi qui n’avons toujours pas d’enfant. Tout le monde est au courant pour nous et pourtant cest moments sont vraiment difficiles à vivre. Donc le dire ou ne pas le dire, c’est à vous de voir. Parfois ça fait du bien de se lâcher et de dire ce qu’on a sur le coeur mais ça n’enlève pas la douleur…
    Bises.

    • Rien n’enlèvera la douleur hormis une grossesse, mais au moins, plus de cachotteries😉

  13. Bon, j’arrive après la bataille… mais je voulais te dire que depuis que nous avons, dès le début, opté pour la transparence. Notre entourage (proche et moins proche) est au courant de notre (mon !) infertilité et plus personne ne nous pose de questions embarrassantes.
    Et il faut bien avouer que le “ménage” a aussi été fait.
    Le fait de dire soulage énormément… et parler (pour nous, en tout cas) aura eu du bon !

  14. Je suis vraiment heureuse pour toi, et pour vous, car monsieur doit être bien content aussi. Les bonnes réactions sont trop rares…heureuse qu’elles soient pour vous😉

    • Il me laisse faire. Lui n’a pas le besoin d ‘en parler mais en même temps, ce n’est pas à lui qu’on demande “alooooors????”

      • Oui je crois qu’on subit toutes ça! A lui on lui demande jamais rien…combien de fois j’ai râler pour ça, mais…c’est ainsi! l’homme est souvent plus protégé…

  15. Le plus difficile c’est que les curieux s’adressent souvent à nous, les femmes.
    Et selon la période dans laquelle on se trouve, cela peut vite devenir la catastrophe (si la veille on a fait un test —, si on vient d’apprendre une grossesse….).
    Nous n’en n’avons presque pas parlé autour de nous, et les gaffes viennent + de ceux qui savent que de ceux qui ignorent… (on est peut-être entourés de cons ?), les gens se sentant obligés de dire quelque chose… (de débile la plupart du temps).
    Alors pour ma part je préfère taire cela un maximum.
    Nous en parlerons peut-être quand le combat sera terminé (parce que l’objectif sera atteint ou parce que nous n’aurons plus d’énergie).
    Gros bisous

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

1,2,3, les Ourses et Moi

Une infertile, deux petites Ourses et la vie qui continue...

Imsi chérie

Ou comment Victorien et Victorienne essaient d'avoir un bébé

Après la galère d'une infertile

Comment on a gagné contre DNLP

EndoPMA

Endométriose? PMA? Me voila !

quatreenfants.wordpress.com/

Le blog d'une maman de jumeaux, option famille nombreuse

Fee du Nord

Les créations étincellantes de la fée du nord

Des amours de jumeaux

Maman solo de deux petits garçons

Pourquoi Pas Moi Bordel !!

Saga d'une meuf en PMA

Supersouris en PMA

Le parcours d'une Souris à la recherche de son souriceau...

☆ À la recherche de nos étoiles ☆

Le parcours d'une PMette déterminée

HOMEMADE PERRINPIMPIM

Tricot, couture, déco, Perrin n'arrête jamais !

September

6 months or more

Madame Cigogne nous snob !

Les déboires d'une femme en attente de bébé

Louloute a son Blog

En attendant notre bébé Loutre...

icsi pari

Le journal d'un couple en PMA

FIV DO entre autres choses...

Entre nuages et éclaircies

lili ou comment la pma est entrée dans nos vies

Notre combat de super héros pour devenir parents

Parents de jumeaux

Papa et Maman Autrement

Simone attend le train

Salle d'attente d'une infertile en PMA

Mademoiselle K attend

L'attente de mon koala

Koala en pma

Nos aventures sur le long chemin de la PMA... Avec un Happy End !

Le parcours du combattant

Pour que 1+1 fassent enfin 3 (ou même 4, soyons fous !)

Être une maman sans enfant ...

ou comment malgré un ventre vide, le coeur s'exprime...

Où es-tu ma bonne étoile ?

La suite du blog "en attendant mon tour"

Le berceau vide. Après la PMA, la vie sans enfant...

5 années d'essais en espérant avoir un bébé... mais l'endométriose et l'adénomyose ont été plus fortes que nous... notre chemin se poursuivra à deux...

Après la ligne rose

Un bébé made in PMA: l'histoire continue

Ma douce PMA

Vous aider à mieux vivre avec votre AMP au quotidien

Ciconia ! T'en va pas !

Adoption et/ou PMA, telle est la question

kiffelavieenpma

parcours d'une infertile

Ma vie en pma

Journal d'une vie qui bascule dans la pma

Bibiche dans tous ses états

Découvrir à 30ans qu’avoir un bébé c’est le parcours du combattant et qu’en plus il faut un moral d’acier

Bé-béatitude

La quête du bonheur!

la cigogne en vrac

Si Dieu existe vraiment, j'espère qu'il a une bonne excuse.

Dans ma Liseuse Hyperfertile

Lisons et partageons !

%d bloggers like this: